L'autre salua humblement et présenta son bras au comte pour l'aider à descendre de la voiture. «Merci, monsieur Bertoccio, dit le comte en sautant légèrement les trois degrés du marchepied . et le notaire . Il est dans le petit salon, Excellence, répondit Bertuccio. Et les cartes de visite que je vous ai dit de faire graver dès que vous auriez le numéro de la maison . Monsieur le comte, c'est déjà fait . j'ai été chez le meilleur graveur du XLII. sac longchamp imitation fourrure Monsieur Bertuccio. 178 Page 182 Le Comte de MonteCristo, Tome II PalaisRoyal, qui a exécuté la planche devant moi . la première carte tirée a été portée à l'instant même, selon votre ordre, à M. le baron Danglars, député, rue de la Chausséed'Antin, n° 7 . les autres sont sur la cheminée de la chambre à coucher de Votre Excellence. Bien. Quelle heure estil . sac longchamp pliage tour eiffel pas cher Quatre heures.» MonteCristo donna ses gants, son chapeau et sa canne à ce même laquais français qui s'était élancé hors de l'antichambre du comte de Morcerf pour appeler la voiture, puis il passa dans le petit salon conduit par Bertuccio, qui lui montra le chemin. «Voilà de pauvres marbres dans cette antichambre, dit MonteCristo, j'espère bien qu'on m'enlèvera tout cela.» Bertuccio s'inclina. Comme l'avait dit l'intendant, le notaire attendait dans le petit salon. C'était une honnête figure de deuxième clerc de Paris, élevé à la dignité infranchissable de tabellion de la banlieue. «Monsieur est le notaire chargé de vendre la maison de campagne que je veux acheter . imitation sac longchamp roseau demanda MonteCristo. Oui, monsieur le comte, répliqua le notaire. L'acte de vente estil prêt . Oui, monsieur le comte. L'avezvous apporté . Le voici. Parfaitement.